Épluchures, huiles de fritures, marcs de cafés… et mêmes les coquilles d’huîtres, rien n’est à jeter ! Petit échantillon des filières que vous pourrez contacter lors de l’ouverture de votre restaurant, si vous souhaitez vous inscrire dans une démarche de revalorisation de vos déchets organiques.

Depuis 2012, la loi oblige les « gros producteurs » de bio-déchets à les trier. Elle concernait originellement les producteurs de plus de 120 tonnes de bio déchets par an. En janvier 2016, le quota s’est abaissé à 10 tonnes, et 60 litres d’huiles de fritures usagées.

Après la restauration collective, de nombreux restaurants sont donc désormais concernés par cette mesure. Les entreprises qui collectent les déchets organiques se multiplient, et proposent une large palette de filières de revalorisation.

Pour l’ouverture de votre restaurant, n’hésitez pas à faire appel à ces entreprises, qui seront ravis de collecter vos bio-déchets.

1) Les déchets organiques en bio-gaz.

En plus du traditionnel compost, l’énergie contenue dans vos bio-déchets peut être transformée en gaz, principalement du méthane. Cette « méthanisation » est effectuée par des bactéries, alors que les déchets sont placés dans des cuves. De la fermentation des déchets dans ces cuves à 35 degrés résultent du méthane.

Celui-ci pourra ensuite être utilisé dans les systèmes de chauffage, les carburants verts ou les réseaux électriques. Des entreprises comme Moulinot s’occupent par exemple de la collecte et la valorisation de vos bio déchets. N’hésitez pas à les contacter pour étudier le potentiel de votre établissement.

2) Les huiles de fritures en bio-carburant.

De grosses structures comme Oleovia ou Ecogras transforment vos huiles usagées en bio-carburant pour engins motorisés. Ils fournissent ainsi les fûts ou vous pourrez stocker vos huiles, jusqu’à ce qu’ils viennent les collecter gratuitement.

Leur service est néanmoins loin d’être disponible partout en France. Le lourd processus industriel nécessite d’avoir les installations à proximité. Renseignez-vous donc pour savoir si il est disponible dans votre région.

3) Le Marc de café en champignons.

Le Marc de café est un produit exceptionnel, qui est de plus en plus prisé par toute sorte d’acteur. Cultivateurs et associations écologiques le réutilise ainsi comme terreau ultra fertile pour faire pousser des champignons. Bien souvent de la variété des « Pleurotes« , vous pouvez vous-même les faire pousser chez vous. Sinon, adressez-vous à des sociétés comme Perma-Fungi, si vous êtes dans la région de Bruxelles par exemple.

Généralement récoltés à vélo, la revalorisation des Marcs de Café est artisanale, et s’effectue localement en circuit court.

4) Les huîtres en complément alimentaire, granulat, coquillages de décoration, sable…

La société Ovive recycle les coquilles d’huîtres depuis 1988. Toutes ces années leur ont donc permis de développer un savoir faire exceptionnel. 90 % des coquilles d’huîtres sont broyées et transformées en complément alimentaire. Le reste fournit en matière première des paysagistes jusqu’aux sociétés de travaux publics.

Malheureusement, la majorité de leur collecte s’effectue en Charente-Maritime, où se situe leur usine de transformation. N’hésitez pas néanmoins à les contacter pour ne pas que vos coquilles d’huîtres finissent à la poubelle.

Vous souhaitez vous faire accompagner dans l’ouverture de votre futur restaurant ? N’hésitez pas à postuler alors à notre programme d’incubation.