[FOCUS] / Les étapes pour monter sa société en restauration : Démarches et délais.

Monter sa société en restauration est une étape indispensable à l’ouverture d’un établissement. Une phase dont il vaut mieux maîtriser les formalités en amont, pour éviter tout pépin administratif.

Le porteur de projet doit savoir qu’il est obligatoire de créer sa société pour investir un local, exploiter un fond de commerce et lancer son enseigne.

En effet, le rachat d’un fond de commerce ne peut être effectué que si l’argent provient du compte d’une société officiellement déclarée.

Le timing des démarches à effectuer pour monter sa société est alors extrêmement important. Le porteur de projet doit scrupuleusement suivre les étapes qui lui permettront de monter sa structure, sous peine de subir des retards dans l’avancement de son projet.

Une perte de temps et d’argent qu’il vaut mieux éviter.

  • Le parcours qui abouti à la création de sa société débute donc lorsque l’entrepreneur a trouvé le local dans lequel il souhaite installer sa futur enseigne.
  • Une fois la promesse de vente signée avec le vendeur de ce local, le porteur de projet se met en quête d’un prêt auprès d’une banque pour financer cet achat.
  • Pour ce faire, il se doit de finaliser la rédaction des statuts de sa société (code APE, objet social, choix du statut…), puis déposer le capital social dans la banque qui accepte de financer son prêt. L’entrepreneur doit intégrer à son calendrier le délai d’étude de son dossier par la banque, qui peut aller de quelques semaines jusqu’à quelques mois.
  • Lorsque l’établissement prêteur est identifié, le capital social déposé et les statuts finalisés, le porteur de projet devra enregistrer ces derniers auprès du centre des impôts désigné en fonction de l’adresse de son siège social.
  • L’entrepreneur ira par la suite déposer ses statuts enregistrés et une série de document complémentaires, auprès du Greffe du Tribunal du Commerce, pour l’immatriculation de sa société.
  • Une fois la société créée, le porteur de projet recevra son KBIS, attestation officielle, dans laquelle figurera notamment le tout nouveau numéro d’immatriculation de son entreprise.
  • La banque pourra alors débloquer le prêt pour l’entreprise fraîchement officialisée. L’entrepreneur pourra enfin conclure la vente et virer le montant nécessaire au vendeur le jour de la signature.